• Slider 1V

Le Petit Ried

UNE ZONE REFUGE POUR LA FAUNE ET LA FLORE A SCHLIERBACH





Jusqu’à présent dénommée « réserve de chasse communale », la zone humide du Petit Ried de SCHLIERBACH située au lieu-dit « Aeussere Eck » constitue une zone refuge pour la faune, la flore et la fonge.
Cette zone humide est caractérisée par la présence d’un ancien champ cultivé remis en herbe (photo ci-dessus), d’une belle aulnaie, d’une roselière, de saules remarquables...
La commune a su prendre en compte l’intérêt de cet endroit lors du remembrement (années 1980) en y créant un îlot de biodiversité ainsi qu’une zone tampon permettant de réguler les ruissellements lors des fortes précipitations. Une parcelle de l'association foncière et une autre d'un agriculteur sont venues agrandir le site.

Pour préserver les enjeux écologiques du site, la commune s’est orientée vers le Conservatoire des Sites Alsaciens (CSA). Fort de son expérience le CSA protège et gère des milieux naturels depuis 1976.

Après de nombreux échanges constructifs, la décision s’est concrétisée le lundi 2 novembre 2015 par la signature d’un bail civil d’une durée de 12 ans en présence de Bernard JUCHS, Maire de la commune, Annie DEVEY, deuxième adjointe et Conservatrice bénévole du site, et Théo TRAUTMANN, Président du CSA. Les adjoints, les membres de la commission environnement, Daniel ADRIAN, Conseiller départemental, ainsi que Vincent WOLF, Technicien environnement au CSA et référent technique du site, étaient présents.

Le zone humide de SCHLIERBACH vient désormais compléter un réseau de 354 sites naturels protégés et gérés par le CSA répartis dans toute l’Alsace et représentant une surface totale d’environ 3560 ha.
Comme tous les sites CSA, celui de SCHLIERBACH est ouvert aux publics respectueux. 

Cette zone humide est à la fois un refuge de biodiversité et une zone permettant de retenir l'eau en cas de fortes pluies, en amont du village.

Un plan de gestion définit les travaux nécessaires pour rendre ce site accueillant d’un point de vue biodiversité, tout en conservant les services écosystémiques que la zone humide rend à la société. Ce plan comprend la fauche pour valorisation en foin et des actions plus ponctuelles menées par le CSA en partenariat avec la municipalité et des bénévoles. 

- La prairie est fauchée, en fauche tardive, fin juin par un agriculteur, pour le foin. Selon les années, elle est aussi fauchée en septembre. Cela a permis de réduire le Solidage du Canada, considéré comme une plante envahissante. L'objectif est de permettre progressivement à une flore locale et plus diversifiée de s'installer.

- Tous les ans, la balsamine de l'Himalaya, une autre plante envahissante est arrachée, avant qu'elle ne forme des graines.

- Les haies sont régulièrement taillées et les branches, mises en tas, offrent des abris pour la peite faune.

- Une rangée d'arbres fruitiers hautes tiges a été plantée l'automne 2016, pommier Gravensteiner, pommes de Noël, cerisiers ...

- Une petite zone refuge, plus humide, au bord du chemin, est conservée sans fauche. On intervient seulement pour empêcher la pousse des arbres.

 

 


17 novembre 2018 : taille de la haie et mises en tas des branches qui servent aussi d'abris pour la petite faune.

Coupe des petits saules dans la zone refuge qui n'est pas fauchée. 







Hiver 2017 : taille des haies pour préserver la prairie 



Automne 2016 : plantation d'arbres fruitiers Haute-Tige

liste des variétés >>